France

Détails

  • Service: Corporate
  • Type: Newsletter
  • Date: 30/01/2013

Agriculture : vers le pâturage assisté par ordinateur ? 

[Décryptages - Entreprises & Economie]
Les drones de l’US Air Force utilisés en Afghanistan sont pilotés depuis un centre de commandement situé dans le Nevada. Faut-il s’attendre, dans un genre plus pacifique, à voir les troupeaux des Pyrénées bientôt surveillés depuis une salle de contrôle offshore ?

Les nouvelles technologies de l’informatique et des télécommunications font irruption dans l’agriculture. Quatre agriculteurs sur cinq les utilisent régulièrement. Désormais, on sème et on récolte guidé par GPS, on répand les engrais avec l’assistance d’un ordinateur, on arrose en fonction des préconisations d’un programme expert. Le logiciel pourrait prochainement s’imposer également dans la garde du bétail.

Le projet Agripir, réunissant une douzaine de partenaires espagnols et français, se propose d’expérimenter un dispositif de « clôtures virtuelles ». L’idée est d’équiper les bêtes de colliers high-tech intégrant un outil de géolocalisation, des capteurs de température et rythme cardiaque, et un système interactif permettant d’orienter l’animal.

Les chercheurs qui travaillent à la mise au point de ce bâton de berger électronique étudient deux techniques d’interaction avec le bétail. L’une consisterait à transmettre des stimuli électriques, l’autre à reproduire par haut-parleur la voix humaine ou les aboiements d’un chien.

Un prototype est prévu dès 2013. Une fois opérationnel, il permettra de téléguider le déplacement des troupeaux en fonction de la météo et de l’état des pâturages.

Le projet suscite des réserves chez les partisans de l’agro-pastoralisme traditionnel. Pour ses partisans, au-delà d’une facilité accrue de surveillance, il ouvrira de nouvelles perspectives de marché. Il sera ainsi possible de faire parrainer un troupeau par des citadins qui suivront son déplacement sur smartphone.

Vers 1950, l’humoriste Ferdinand Lop avait proposé d’installer Paris à la campagne pour que ses habitants profitent de l’air pur. Avec le projet Agripir, c’est la campagne qui s’installe en ville.
 

Boutons de partage

Share this