France

Détails

  • Service: Corporate
  • Type: Newsletter
  • Date: 01/08/2012

Technologies de l’information : la fracture numérique mondiale se creuse 

[Décryptages - Entreprises & Economie ]

L’Union internationale des télécommunications (UIT), agence des Nations Unies chargée de la réglementation et de la planification des télécommunications dans le monde, publie chaque année un indice (IDI) qui compare l'évolution des technologies de l'information et de la communication (TIC) dans 152 pays.

Cet indice est établi sur la base d’indicateurs relatifs à l'accès aux TIC, l'utilisation des TIC et les compétences nationales dans ce domaine, le nombre de ménages ayant un téléphone mobile ou un ordinateur, le nombre d'internautes, etc. L'indice IDI est un outil utile pour établir des comparaisons et observer les progrès accomplis par les pays étudiés.

Au dernier classement (2010), la République de Corée arrive en tête avec un indice de 8,4, le niveau maximum susceptible d’être atteint étant égal à 10. Viennent ensuite la Suède, l’Islande, le Danemark, la Finlande et Hong Kong avec des indices voisins de 8. La France se place au 17ème rang mondial, avec un indice de 7,1, ex aequo avec les Etats-Unis. En fin de classement, figurent surtout des pays africains, avec un IDI de l’ordre de 1.

De 2008 à 2010, l’IDI a augmenté dans tous les pays du monde. Son taux de croissance est cependant plus élevé dans les pays développés que dans les pays en développement, reflétant le fait que, à l’exception du téléphone mobile, toutes les technologies de l’information, notamment l’Internet haut débit, s’y déploient plus vite.

En matière d’utilisation des TIC, l’écart se creuse entre la tête et la queue du palmarès de l’IDI. A l’exception de l’Europe, il s’accroît aussi sur chaque continent entre les pays les mieux classés et ceux qui ont pris du retard.

Dans le domaine de la téléphonie portable, où les investissements nécessaires sont relativement limités, les pays en développement sont en train de rattraper les pays développés. Il n’est pas sûr que le même phénomène se produise à court terme pour les autres technologies de l’information, notamment l’Internet haut débit.