France

Détails

  • Service: Corporate
  • Type: Newsletter
  • Date: 25/09/2013

Viticulture chinoise : de la quantité à la qualité 

[Décryptages - International]
Avec environ 2 milliards de bouteilles ouvertes chaque année, la Chine est aujourd'hui le cinquième consommateur mondial de vin en volume, derrière les Etats-Unis, l'Allemagne, la France, l'Italie. Sa consommation devrait croître annuellement de 10% au cours des trois années à venir. En 2016, la Chine pourrait dépasser la France pour la consommation de vin en volume et occuper la deuxième position mondiale, derrière les Etats-Unis, pour la consommation en valeur. Dès à présent, elle se situe au troisième rang international pour les importations.

Stimulés par ces performances, les investisseurs chinois multiplient les acquisitions de vignobles français. Depuis 2007, une trentaine de propriétés viticoles ont ainsi été rachetées dans le Bordelais, dont le château Bellefont-Belcier, grand cru classé de Saint-Emilion. En Bourgogne, le château de Gevrey-Chambertin et les deux hectares de vigne qui l'entourent ont été acquis en 2012 par un propriétaire chinois de casinos.

L'engouement des Chinois pour le vin ne se limite pas aux importations et aux investissements à l'étranger. En quelques années, la Chine est également devenue un grand producteur mondial. On prévoit que la Chine produira en 2016 quelque 2 milliards de bouteilles, à destination à la fois de sa consommation interne et du marché de l'exportation.

Le climat de la province de Shandong, au nord-est du pays, rappelle celui du Bordelais. Des viticulteurs chinois y ont introduit des cépages français en partenariat avec des viticulteurs de l'Hexagone. Un cabernet chinois a été récemment classé à égalité avec de grands crus français dans une dégustation à l'aveugle.

« Le bon vin parfumé finit toujours par se trouver, où qu'il se cache » dit un proverbe chinois. La démonstration est en cours.
 

Boutons de partage

Share this