France

Détails

  • Service: Corporate
  • Type: Newsletter
  • Date: 15/12/2011

Totnes : la première ville en transition 

[Décryptages - Développement durable]

Située dans le Devon, au sud-ouest de l’Angleterre, la ville de Totnes a longtemps été connue outre-Manche pour la communauté new age qui y avait élu domicile.

C’est à sa qualité de première ville en transition qu’elle doit désormais sa réputation.

Le mouvement des villes en transition est né en 2005 à l’initiative de Rob Hopkins, professeur de développement durable à l’université de Kinsale (Irlande).

Il réunit des communes désireuses d’anticiper la diminution des ressources pétrolières et le risque de réchauffement climatique qu’on prévoit à l’horizon 2025-2050.

Le principal objectif du mouvement des villes en transition est de développer la résilience des agglomérations urbaines, c’est-à-dire leur capacité à retrouver un équilibre après les premières perturbations que pourraient provoquer le déclin pétrolier et l’augmentation de la température.

Contrairement aux organisations alternatives, les villes en transition cherchent moins à remettre en cause les modes de vie actuels qu’à préparer, par étape, ceux de demain.

En 2006, les 7 000 habitants de Totnes ont été les premiers à adhérer à cette feuille de route.

Cinq ans après, quelque 400 autres communes ou quartiers ont rejoint, des deux côtés de l’Atlantique, le mouvement des Transition towns.

En France, deux villes seulement se sont jusqu’à présent rattachées à la démarche : Trièves, en Isère, et Saint-Quentin-en-Yvelines.

Mais une vingtaine d’autres structures territoriales sont en cours d’affiliation.

Et d’aucuns pronostiquent que, malgré son retard au démarrage, le pays du Grenelle de l’environnement pourrait figurer prochainement parmi les meilleurs promoteurs du développement durable réaliste et pragmatique que préconisent les villes en transition.