France

Détails

  • Service: Corporate
  • Type: Newsletter
  • Date: 06/02/2012

Télé, ciné : Pourquoi certains mots font-ils l’objet d’abréviation et pas d’autres ? 

[Décryptages - Mot à mot]

Le linguiste américain George Kingsley Zipf (1902-1950) s’est penché sur la fréquence des mots dans la littérature.

En compilant de grands textes classiques, notamment Ulysse de Joyce, il a montré que la fréquence du nième mot le plus fréquent (rang n) est n fois plus faible que celle du mot le plus fréquent (rang 1).

Exemple : si le mot le plus fréquent présente une occurrence de 1000, le dixième mot le plus fréquent apparaît 100 fois.

Cette loi, à laquelle a été donné

le nom de Zipf, se révèle valable pour tous les textes et dans toutes les langues. A l’écrit comme à l’oral.

Zipf a également montré que la fréquence d’un mot est inversement proportionnelle à sa longueur.

Les conjonctions, prépositions, articles… sont plus fréquents que les verbes et les noms. Réciproquement, quand un mot savant long devient populaire et fréquent, on a tendance – pour qu’il tienne son rang – à l’abréger par apocope : auto, pour automobile, stylo pour stylographe, dactylo pour dactylographe, etc.