France

Détails

  • Service: Corporate
  • Type: Newsletter
  • Date: 15/10/2010

Segonzac : la première Cittaslow française 

[Décryptages - Développement durable]

 

Jamais Segonzac n’avait eu les honneurs de la télévision nationale et de la presse parisienne. Mais depuis le 8 mai 2010, l’affluence médiatique ne faiblit pas dans cette commune de l’arrondissement de Cognac, département de la Charente. Si Segonzac est ainsi projetée dans l’actualité, c’est qu’elle est la première municipalité française à avoir obtenu le label Cittaslow.

Lancé en 1999 dans le nord de l’Italie, le mouvement Cittaslow s’inspire du Slow food inventé une dizaine d’années auparavant. De même que le Slow food se propose de préserver la cuisine régionale, le Cittaslow (encore appelé Slow city ou Ville lente) préconise l’aménagement des espaces urbains autour des traditions locales.

Cent quarante villes, dans une vingtaine de pays, ont déjà adhéré à la charte Cittaslow. Les quelque soixante-dix principes de ce manifeste préconisent le respect de l’environnement historique, le développement des voies piétonnes et cyclables, l’amélioration de la signalétique urbaine, le renforcement des capacités d’accueil des touristes, le commerce de proximité, la coopération entre communes adhérentes, etc.

Plus qu’une doctrine écologique, le mouvement des Villes lentes est une philosophie du temps. Comme l’illustre l’escargot de son logo, il recommande d’éviter d’aller vite quand on peut ne pas se presser.

Le Cittaslow est-il promis à un développement durable ? La multiplication des variantes du Slow movement – cette mouvance dans laquelle, outre le Slow food et le Slow city, on trouve  le Slow travel, le Slow build, le Slow school, le Slow design – incite à la prudence.

L’exemple du Slow food, devenu en quelques années un phénomène de société dont les grandes marques de l’agro-alimentaire tiennent désormais compte, montre cependant qu’il y a une consistance dans ces nouvelles tendances.

A Segonzac, capitale de la Grande Champagne, on est habitué à prendre son temps. Le label Cittaslow ne fait que valider un mode de vie rythmé depuis toujours par le vieillissement du cognac. Mais sa portée médiatique est telle que d’aucuns se demandent s’il ne risque pas de perturber le calme traditionnel de la petite ville. Ce serait un paradoxe.