France

Détails

  • Service: Corporate
  • Type: Newsletter
  • Date: 20/01/2014

2017, 2029, 2040 ou au-delà : jusqu’où les quotidiens papier tiendront-ils ? 

[Décryptages - International]
En 1945, le tirage de la presse quotidienne française, nationale et régionale, atteint 15 millions d’exemplaires. Puis il amorce un déclin progressif qui le ramène à 10 millions d’exemplaires autour de l’année 2000, soit une diminution d’un tiers en 55 ans. En 2012, on ne vend plus en France que 6,6 millions d’exemplaires de journaux quotidiens : nouvelle baisse d’un tiers de la diffusion, en une douzaine d’années cette fois.

En matière de presse, il n’y a pas d’exception française. Dans le reste de l’Europe, aux Etats-Unis et au Japon, les ventes de quotidiens ont régressé au cours de la même période dans des proportions proches de celles observées en France.

L’accélération du déclin de la presse quotidienne est évidemment due à la montée en puissance de l’information en ligne. Celle-ci entraîne la disparition des titres qui n’ont pas pris le virage numérique et pose, chez ceux qui se sont adaptés, la question du maintien d’une version papier.

Les futurologues y vont de leurs pronostics. En 2004, Philip Meyer, un universitaire américain spécialiste des médias, prévoit que la dernière édition du New York Times interviendra en 2040. En 2010, le prévisionniste australien Ross Dawson annonce que la presse écrite disparaîtra en 2017 aux Etats-Unis, en 2019 au Royaume-Uni et en 2029 en France.

Dans chaque cas, les modèles de prévision s’appuient sur l’historique des audiences respectives des journaux en ligne et de la presse quotidienne papier.

En 2011, l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (Ompi), une agence de l’ONU, envisage la fin de la presse quotidienne papier dans le monde pour 2040, du fait des nouvelles technologies et du désintérêt de la génération Y à l’égard des journaux traditionnels. Des sondages indiquent qu’un Américain sur deux estime que les quotidiens papier auront disparu dès 2025.

Il est difficile d’évaluer la pertinence de ces anticipations. La diffusion de la presse quotidienne papier poursuivra-t-elle son érosion progressive ou connaîtra-t-elle des ruptures brutales ? Peut-elle espérer un sursaut ? Rien n’est joué. Il est possible que de nouvelles techniques d’impression à la demande apportent un nouvel élan à la diffusion des quotidiens classiques. Quoi qu’il en soit, au vu du foisonnement des prévisions, beaucoup semblent estimer que le compte à rebours a commencé.
 

Boutons de partage

Share this