France

Détails

  • Service: Corporate
  • Type: Newsletter
  • Date: 07/11/2011

Protection forestière : la France pionnière 

[Décryptages - Développement durable] 

La forêt occupe environ 30% de la surface du globe. A l’exception de l’Amérique latine et de l’Afrique, elle progresse sur tous les continents.

Avec 28% de son territoire recouverts d’arbres, la France est dans la moyenne internationale : c’est l’aboutissement d’une politique engagée à la veille de la guerre de Cent ans !

De l’époque gallo-romaine jusqu’à Charlemagne, plus des trois quarts de ce qui est aujourd’hui la France sont boisés. César parle de la Gallia comata, la Gaule chevelue. Des régions aujourd’hui désertiques, tel l’Aubrac, sont alors couvertes d’arbres.

Mais le Moyen Age, par ailleurs grand consommateur de bois de chauffage, engage un vaste mouvement de déforestation pour étendre les terres agricoles dans les plaines.

A la veille de la Renaissance, moins d’un tiers du territoire français demeure occupé par les forêts. Le risque de pénurie de bois est tel que le roi Philippe VI de Valois signe en 1346 dans son château de Brunoy la première réglementation française – et internationale – de protection des forêts.

Mais on ne bouleverse pas des pratiques séculaires par décret. Quoique désormais freinée, l'exploitation forestière se poursuit : à la Renaissance, moins d’un quart de la France est boisé. Et en dépit des reboisements décidés par Colbert, puis des mesures de sauvegarde prises par Napoléon, on continue de défricher, en particulier les pentes de montagne. En 1850, seuls 15% du territoire métropolitain sont encore plantés d’arbres !

Le Second Empire entreprend alors une politique active de reboisement, qui se poursuivra jusqu’à nos jours.

Aujourd’hui, la forêt occupe près de 30% de la surface de la France métropolitaine, un niveau en progression de 12% par rapport à l’année 1991.

Il aura fallu sept siècles pour que la forêt française retrouve la surface qu’elle occupait à l’époque de l’ordonnance de Brunoy !