France

Détails

  • Type: Newsletter
  • Date: 16/05/2011

Poundbury : quand le prince Charles se fait urbaniste 

[Décryptages - Développement durable]

Le titre de duc de Cornouailles appartient au fils le plus âgé du souverain britannique. Le duché comprend plus de 570 km², pour moitié dans les comtés du Devon et du Dorset. Il assure au duc un revenu annuel de près de 10 millions de livres sterling.

Quand les ducs de Cornouailles ne se mêlent pas des affaires publiques, cette ressource vient compléter la liste civile. Mais, lorsque le titulaire du titre se veut plus actif, elle peut servir à des projets innovants.

Le prince Charles, actuel duc de Cornouailles, a profité des facilités que lui apporte son duché pour mettre en œuvre ses convictions en matière d’environnement et d’urbanisme.

Le fils aîné de la reine Elisabeth n’a jamais caché son hostilité aux immeubles de grande taille et sa préférence pour l’habitat traditionnel de dimension humaine.

A la fin des années 80, il décide de faciliter l’extension de la ville de Dorchester, sur ses terres du Dorset. Mais plutôt que de bâtir une banlieue résidentielle de pavillons, il choisit d’ériger un village de style néo-classique, aussi autonome que possible, tant sur le plan énergétique qu’en matière de commerces et d’emplois.

Charles fait don du terrain et mobilise les architectes et les financements nécessaires.

D’abord moqué, Poundbury est aujourd’hui, quelques kilomètres à l’ouest de Dorchester, un village de plus de 2 000 logements et 5 000 habitants.

Le rôle de l’automobile demeure supérieur à ce qui était prévu et l’emploi local n’est pas encore à la hauteur des espérances.

Mais après avoir longtemps « snobé » le projet du prince Charles, les Corniques – nom des habitants de la Cornouailles britannique – commencent à lui trouver des vertus.

Une façon de se conformer à leur devise : Un et tous !