France

Détails

  • Service: Corporate
  • Type: Newsletter
  • Date: 13/02/2014

Ordures ménagères : la Suède en état de manque 

[Décryptages - Développement durable]
La Suède est depuis une trentaine d’années pionnière dans la protection de l’environnement et la promotion des énergies renouvelables.

Stockholm est la seule capitale dans le monde où les autobus fonctionnent entièrement à l’éthanol. La ville de Växjö (55 000 habitants) est chauffée à la mousse et aux pommes de pin, tandis que les déchets alimentaires servent de carburant aux transports en commun.

La Suède recycle 99% de ses ordures ménagères contre 62% en moyenne dans le reste de l’Europe. Leur traitement assure 20% du chauffage du pays et 5% de sa consommation électrique.

Les Suédois ont fait du recyclage des ordures ménagères l’un des principaux axes de leur politique énergétique. Mais ils ont vu trop grand !

La production nationale suédoise d’ordures ménagères est d’environ 2 millions de tonnes par an. Du fait des évolutions des modes de conditionnement, elle a tendance à diminuer. Or les usines de retraitement du pays ont une capacité très supérieure et ne peuvent atteindre l’équilibre financier qu’à condition de tourner à plein régime.

Aussi la Suède a entrepris d’importer des déchets ménagers des pays voisins. Déjà, 800 000 tonnes d’origine étrangère, venant principalement de Norvège, sont traitées dans les usines suédoises.

Si les émissions de CO2 engendrées par cette politique active d’incinération sont bien contrôlées, celles d’oxyde d’azote restent à maîtriser. Les autorités suédoises s’y emploient.

Faut-il s’attendre à voir les pays du Sud exporter prochainement leurs ordures ménagères, qui s’accumulent, vers les pays du Nord, qui en manquent ?
 

Boutons de partage

Share this