France

Détails

  • Service: Corporate
  • Type: Newsletter
  • Date: 01/02/2011

En 1908, la mercerie Schreiber lance un bulletin publicitaire : il existe toujours 

[Décryptages - Entreprises & Economie]

En 1877, Joseph Schreiber (1840-1902) quitte l’Allemagne pour Paris. Il y crée une activité d’import-export d’articles de mercerie et de quincaillerie.

A sa mort en 1902, son fils Robert (1880-1966), plus tard secondé par son cadet Emile (1888-1967), prend la succession de son père à la tête de la maison Schreiber.

En 1908, Robert Schreiber lance un prospectus mensuel gratuit de quatre pages destiné à l’information de ses clients étrangers : Les Echos de l’exportation.

Emile fait chaque année la tournée des fournisseurs pour leur proposer d’accompagner d’un encart publicitaire la présentation de leurs produits dans Les Echos de l’exportation.

Comme il a une bonne plume, il en profite pour rédiger des chroniques sur la vie économique des régions et pays qu’il traverse. D’abord publiées dans L’Illustration, celles-ci viennent vite enrichir Les Echos de l’exportation.

En 1914, le bulletin publicitaire de la maison Schreiber comporte 44 pages, il est devenu hebdomadaire, et le nombre d’abonnés, inférieur à 1000 lors de son lancement, est désormais supérieur à 3000.

Les frères Schreiber étant mobilisés et la marche des affaires ralentie, la parution des Echos de l’exportation est interrompue durant la première guerre mondiale.

Pendant le conflit, les Schreiber décident d’ajouter Servan à leur patronyme, pour souligner que, malgré la consonance germanique de leur nom, c’est bien la France qu’ils servent.

Après l’armistice, Les Echos de l’exportation reparaissent chaque semaine, avec rapidement 8000 abonnés et des bureaux de représentation dans une dizaine de villes européennes.

En 1928, Robert et Emile Servan-Schreiber décident de publier quotidiennement les chroniques économiques des Echos de l’industrie.

Le nouveau quotidien existe encore : ce sont Les Echos.

Et l’histoire se répétera.

En 1953, Jean-Jacques Servan-Schreiber (1924-2006), le fils aîné d’Emile, lance un supplément hebdomadaire des Echos paraissant le samedi : ce sera L’Express.