France

Détails

  • Service: Corporate
  • Type: Newsletter
  • Date: 26/03/2014

Médailles Fields françaises : une conséquence de la Première guerre mondiale ? 

[Décryptages - Générations]
Avec 10 lauréats de la médaille Fields depuis la création en 1936 de la plus prestigieuse distinction mondiale en mathématiques, la France se classe en deuxième position derrière les Etats-Unis (12 médaillés).

La vitalité de l’élite mathématique française remonte au lancement du projet Bourbaki dans les années 30, à l’initiative d’anciens élèves de l’Ecole normale supérieure.

Au lendemain de la Première guerre mondiale, la recherche mathématique française est décimée. 41% des élèves présents rue d’Ulm en août 1914 sont morts au champ d’honneur. Ce niveau, deux fois supérieur à celui des promotions correspondantes de l’Ecole polytechnique, s’explique principalement par le fait que les normaliens servaient dans l’infanterie, alors que les X étaient surtout artilleurs.

L’hécatombe touche autant les scientifiques que les littéraires. En mathématiques, elle prive la recherche française de ses meilleurs éléments à l’âge où les mathématiciens sont les plus féconds. La génération qui suit se retrouve sans prédécesseurs immédiats. Elle a pour référents les mathématiciens de la fin du XIXe siècle, dont les conceptions commencent à être dépassées.

Sous l’impulsion d’André Weil (1906-1998), les plus doués des jeunes mathématiciens français des années 1920-1930 décident de « refonder » les mathématiques en un ensemble unifié et cohérent. Leur groupe adopte le nom de Bourbaki, pseudonyme collectif sous lequel ils publient leurs travaux. Leur formalisme sera repris par la communauté mathématique internationale. Le groupe Bourbaki fonctionnera jusqu’en 1968.

Au cours des vingt dernières années, sept des dix-huit médailles Fields sont revenues à des Français. Ce sont les héritiers de Bourbaki. Si les normaliens de 1914 avaient été dans l’artillerie, la France ne compterait peut-être pas autant de mathématiciens de premier plan.
 

Boutons de partage

Share this