France

Détails

  • Service: Corporate
  • Type: Newsletter
  • Date: 10/10/2012

Mathématiques : l'exception française 

[Décryptages - Générations]
Avec un total de 11 lauréats sur les 52 que compte la médaille Fields, la France s'affiche au deuxième rang, derrière les Etats-Unis (12) et devant la Russie (9).

Créée en 1936 à l'initiative du mathématicien canadien John Charles Fields, la médaille qui porte son nom distingue, tous les quatre ans, deux à quatre chercheurs en mathématiques de moins de quarante ans. Elle est considérée comme la distinction la plus éminente de la discipline, et parfois qualifiée de « prix Nobel de mathématiques ».

Pourquoi la France, peu présente en première ligne dans les classements scientifiques internationaux, se trouve-t-elle aussi bien placée dans le palmarès Fields ?

Selon certains observateurs, ce sont les mêmes ingrédients qui expliquent les déconvenues de l'Hexagone dans le classement de Shanghai des universités et ses succès dans le hit-parade mathématique.

Au regard des critères de Shanghai, la France est handicapée par l'atomisation de ses établissements d'enseignement supérieur, la taille limitée et l'isolement de ses grandes écoles, la centralisation de la recherche au sein du CNRS et de l'INSERM, l'inamovibilité de ses chercheurs du fait de leur position de fonctionnaires.

En mathématiques, la particularité française devient au contraire un atout : rien de tel pour un mathématicien qu'une formation sur mesure dans le contexte protégé de l'Ecole normale supérieure, rien de meilleur pour la poursuite de ses travaux que le confort et la sécurité qu'apporte, sans obligation de publier à marche forcée, le statut d'enseignant-chercheur.

Le classement Pisa (programme international pour le suivi des acquis des élèves) de l'OCDE évalue les compétences des élèves de 15 ans en compréhension de l'écrit, mathématiques et sciences, dans les pays membres de l'organisation. En mathématiques, la France apparaît au 22ème rang sur 34.

Pourra-t-elle durablement maintenir une filière mathématique d'élite sans remonter le niveau moyen des élèves dans la discipline ?