France

Détails

  • Service: Corporate
  • Type: Newsletter
  • Date: 15/12/2011

Le Cacique du Poyais : un Madoff de la dette souveraine 

[Décryptages - International]

A Caracas, un monument honore le général Gregor MacGregor (1786-1845), compagnon de Bolivar et héros de l'indépendance vénézuélienne. A Londres, c'est à la plus monumentale fraude de l'histoire des emprunts souverains que reste attaché son nom.

Né en Ecosse, MacGregor s'engage dans l'armée anglaise où il progresse vite. En 1809, à peine âgé de 23 ans, il est colonel dans les troupes britanniques qui combattent Napoléon au Portugal. L'année suivante, il quitte l'Europe pour l'Amérique latine, où il est de toutes les guerres de libération.

A la City, on s'arrache les emprunts des nouveaux Etats sud-américains.

Lorsqu'il retourne en Angleterre en 1820, MacGregor se présente comme le « Cacique » du Poyais, une principauté inhabitée de quelque 30 000 km2 proche du Bélize actuel, dont un chef indien lui aurait fait don.

Pour en assurer le développement, MacGrégor lève sans difficulté des emprunts d'Etat pour un total de 200 000 livres (environ 50 millions d’euros) au même taux de 6% que celui pratiqué pour l'Argentine et le Pérou.

Le général finit par être démasqué. Il se réfugie alors en France où il poursuit ses ventes frauduleuses, avant de se retirer, à peine inquiété, au Venezuela. L'affaire inspirera à Alexandre Dumas un épisode de son roman Le capitaine Pamphile.

Entre 1825 et 1830, la plupart des nouveaux pays d'Amérique du sud se trouvent en défaut de paiement. Les quelque 20 millions de livres qu'ils ont empruntés à Londres feront l'objet de multiples moratoires et rééchelonnements. Seule une dette souveraine ne sera jamais honorée : celle d'un Etat qui n'a jamais existé, le Poyais.

Les courtiers londoniens se sont, depuis, laissés plusieurs fois aveugler par les emprunts publics. Mais plus jamais par un Etat fantôme !