France

Détails

  • Service: Corporate
  • Type: Newsletter
  • Date: 17/04/2013

La classe créative : avenir des villes ? 

[Décryptages - Générations]
On doit à l'économiste et urbaniste américain Richard Florida l'invention, au début des années 2000, de la notion de classe créative (creative class). Elle regroupe deux catégories de personnes : celles qui se consacrent principalement, sur le plan professionnel, à l’innovation, et celles dont l’activité consiste à mettre en oeuvre des combinaisons complexes de savoirs.

Les métiers de la recherche, de l'enseignement, de l'art et de la littérature, de la communication, de la mode, etc., relèvent principalement de la première catégorie. Les professions médicales, juridiques, financières, informatiques, etc. figurent plutôt dans la seconde catégorie. Le monde de la high-tech participe des deux.

Florida estime que la creative class représente aujourd'hui 30% des emplois aux Etats-Unis.

Les membres de la classe créative préfèrent le statut de travailleur indépendant à celui de salarié. Sur le plan géographique, ils sont fortement mobiles et affichent une prédilection pour certains centres urbains. Aux Etats-Unis : la Silicon Valley, la route 128 à Boston, le Triangle des universités en Caroline du Nord, Austin, Seattle... En Europe : Dublin, Amsterdam, Berlin, Helsinki, Milan, Barcelone, Riga, Toulouse...

Pour survivre, les centres urbains devront, selon Richard Florida, savoir attirer et conserver la classe créative, en lui proposant des infrastructures de logement et un environnement culturel et éducatif appropriés. Aussi l’urbaniste recommande-t-il aux villes en déclin d'investir prioritairement dans ces domaines, au détriment le cas échéant des autres classes sociales, en faisant le pari qu'une classe créative forte exerce un effet d'entraînement économique utile à tous.

En Europe, le modèle de Florida se heurte à une tradition de mobilité plus faible qu'aux Etats-Unis, tant entre les Etats qu'à l'intérieur des pays. Mais les mouvements migratoires intra-européens s'amplifient avec la crise.

Et au premier rang des nouveaux migrants, c'est précisément la classe créative européenne qu'on rencontre… A suivre.
 

Boutons de partage

Share this