France

Détails

  • Service: Corporate
  • Type: Newsletter
  • Date: 03/10/2011

Japon : la diplomatie de la cravate 

[Décryptages - Développement durable]

Pour limiter l’usage des climatiseurs et les émissions de CO2, le Japon recommande depuis 2005 aux salariés de renoncer à la cravate entre juillet et septembre. Baptisé Cool Biz, ce plan n’a connu qu’un demi-succès tant est lourd, dans l’archipel, le poids des habitudes vestimentaires.

Mais l’objectif de réduction de 15% de sa consommation d’électricité que s’est fixé le pays depuis l’accident de Fukushima lui donne une actualité nouvelle. Les autorités nipponnes ont décidé de relancer Cool Biz.

Super Cool Biz, nom donné à ce nouveau programme, étend la période sans cravate de juin à octobre, encourage chemisettes ou T-shirts, et demande de ne pas abaisser la température dans les bureaux en dessous de 28°C.

Le projet prend aussi une dimension politique.

Si Cool Biz a partiellement échoué, c’est parce que les cadres japonais ont hésité à tomber la cravate par peur de visiteurs, notamment étrangers, sur leur trente et un.

Aussi, Super Cool Biz s’efforce-t-il de faire jouer la réciprocité.

Pour donner l’exemple sur le plan intérieur, un conseil des ministres s’est tenu en bras de chemise.

Et pour associer le reste du monde à l’opération, le ministère des Affaires étrangères a diffusé, à l’usage des hommes d’affaires en visite au Japon pendant les mois d’été, un dress code déconseillant la cravate.

Une subtilité de plus dans une étiquette qui en est déjà riche.