France

Détails

  • Service: Corporate
  • Type: Newsletter
  • Date: 05/07/2011

L’information : une nouvelle drogue ? 

[Décryptages - Générations]

Chacun a pu observer l’inquiétude, voire le désespoir, qui envahissent après l’atterrissage d’un avion les passagers dont le téléphone portable ne se reconnecte pas immédiatement.

Des chercheurs de l’université du Maryland et du centre académique de Salzbourg ont cherché à savoir ce qu’il en était lorsque la déconnexion se prolonge pendant 24 heures.

A cet effet, plusieurs centaines d’étudiants volontaires ont été privés, pendant une journée entière, d’accès aux sources les plus courantes de l’information que sont les ordinateurs et téléphones portables, la télévision et la radio, les journaux.

En revanche, le téléphone fixe et les livres étaient autorisés.

A l’issue de l’expérience, les participants ont été invités à rédiger leurs impressions.

La plupart des textes font ressortir un état de manque qui s’apparente à celui qu’on rencontre, en des circonstances équivalentes, dans les addictions à l’alcool, au tabac ou aux stupéfiants.

Les manifestations fébriles et l’incapacité à fixer son attention sont décrites dans les mêmes termes.

Tout se passe comme si l’on avait affaire à un syndrome de privation d’information (information deprivation disorder) de même nature qu’en cas de sevrage brutal de drogues.

Pour traiter l’addiction à l’information qui affecte un nombre croissant de personnes, les spécialistes recommandent de mobiliser les mêmes techniques que pour les autres dépendances.

Mais, comme souvent dans ce cas, beaucoup préfèrent trouver des solutions d’automédication plutôt que de consulter. Et recherchent par eux-mêmes la meilleure façon de se sevrer d’information.

Sur Internet !