France

Détails

  • Type: Newsletter
  • Date: 12/05/2014

Heureux comme un écrivain en Norvège ! 

[Décryptages - International]
Grâce à ses ressources en pétrole et en gaz, la Norvège est l’un des Etats les plus prospères au monde. C’est aussi l’un des pays les plus actifs sur le plan littéraire.

Les Norvégiens consacrent chaque année environ 160 $ par personne à l’achat de livres, contre 120 $ en Allemagne, 100 $ aux Etats-Unis, 70 $ en France et 65 $ au Royaume-Uni.

Proportionnellement à la population du royaume, les éditeurs norvégiens publient chaque année sept fois plus de nouveautés et rééditions que leurs confrères français, et près de quatre fois plus que les britanniques.

La vitalité de l’édition au pays des fjords s’explique par une politique du livre originale et active. Tout ouvrage jugé sérieux fait l’objet d’une commande publique de 1000 exemplaires, qui garantit à l’éditeur de couvrir ses frais.

Les écrivains norvégiens bénéficient de droits d’auteur à des taux supérieurs à ceux pratiqués dans le reste du monde. Certains perçoivent de l’Union des auteurs des subventions pouvant atteindre un montant annuel de 19 000 $.

Comme en France, la Norvège pratique le prix unique du livre. Celui-ci est de surcroît exempté de TVA. Les librairies, dont beaucoup appartiennent aux éditeurs, sont tenues de conserver les nouveautés dans leurs rayons pendant une période de deux ans.

L’organisation du marché du livre en Norvège permet d’assurer aux libraires une marge supérieure de 50% à celle en usage dans le reste de l’Europe, sans fragiliser les éditeurs.

Ainsi, les 5 millions de Norvégiens disposent d’un réseau de 640 librairies quand la France en compte environ 2000 de taille équivalente, pour une population de 66 millions d’habitants.
 

Boutons de partage

Share this