France

Détails

  • Type: Newsletter
  • Date: 04/07/2014

France-Brésil : une vieille complicité 

[Décryptages - International]
Fondée en 1897 et siégeant à Rio de Janeiro, l’Académie brésilienne des lettres comporte quarante membres. Ce nombre ne doit rien au hasard : l’Académie brésilienne est organisée sur le modèle de l’Académie française. Sa création marque l’apogée d’un siècle d’influence intellectuelle française au Brésil.

Cette influence commence au milieu du XIXe siècle. Des étudiants brésiliens séjournant à Paris sont séduits par le mouvement saint-simonien et les théories positivistes. A leur retour, ils impriment l’esprit d’Auguste Comte dans la vie publique brésilienne.

L’Ecole du génie de l'université de Rio de Janeiro est rebaptisée Ecole polytechnique. En 1889, la République qui succède à l’Empire prend pour devise Ordem e progresso – ordre et progrès –, une formule inspirée par le mot d’ordre d’Auguste Comte : « L’amour pour principe et l’ordre pour base ; le progrès pour but. »

La culture française conserve les faveurs des élites brésiliennes pendant un demi-siècle. Entre les deux guerres, les universitaires français sont nombreux à séjourner à São Paulo. Fernand Braudel et Claude Lévi-Strauss y font leurs classes.

Après la Seconde Guerre mondiale, les Etats-Unis renforcent leur présence en Amérique latine. La jeunesse brésilienne se tourne vers les universités américaines. L’influence française décline. Mais elle demeure présente d’une façon hautement symbolique : sur le drapeau brésilien figure la mention Ordem et progresso !
 

Boutons de partage

Share this