France

Détails

  • Service: Corporate
  • Type: Newsletter
  • Date: 02/12/2010

Fonds marins : le nouvel horizon des explorateurs 

[Décryptages - Développement durable]

Il observe sur les falaises volcaniques une bande blanche en altitude constituée de coraux. Le jeune homme en déduit que le niveau de la mer était autrefois plus élevé.

Plus tard, il remarquera un mélange de fossiles de mammifères et de coquillages dans les plaines de Patagonie et conclura que l’océan ne s’en était retiré que récemment. L’idée lui vient que l’observation scientifique du présent peut constituer une méthode efficace pour comprendre le passé et anticiper l’avenir.

Près de deux siècles après le voyage du Beagle, l’intuition de Charles Darwin reste d’une grande actualité : pour mieux comprendre les enjeux de la biodiversité, on cherche à reconstituer l’histoire des fonds océaniques. Et, à cet effet, on multiplie aujourd’hui les grandes expéditions maritimes d’observation scientifique.

Le coup d’accélérateur a été donné il y a dix ans avec le lancement du Census of Marine Life, un projet d’inventaire des espèces marines réunissant 2 700 chercheurs dans 34 pays. L’étude a révélé que la vie marine dans le passé était notablement plus riche qu’on ne l’imaginait et la diversité des espèces encore présentes largement supérieure aux estimations.

Les scientifiques en ont conclu qu’il était possible, sous certaines conditions, d’exploiter les ressources biologiques marines de façon à la fois plus productive et plus durable.

Depuis le Census of Marine Life, on assiste à un foisonnement d’expéditions naturalistes destinées à étudier le plancton et comprendre l’impact des océans sur le climat de la planète : Changing Oceans, de la fondation suisse Antinéa, ou encore Tara Oceans, financé par Agnès B…

Au siècle des Lumières, les grandes découvertes ont précédé la naissance de la science moderne. Le renouveau des grandes expéditions annonce-t-il l’émergence d’une exploitation plus raisonnée des ressources naturelles ?