France

Détails

  • Type: Newsletter
  • Date: 15/10/2010

Fact checker : dans le monde des médias, voilà une fonction qui monte en puissance 

[Décryptages - Mot à mot]

Dans l’entreprise, elle existe depuis longtemps. Va-t-elle changer de nom à cette occasion ?
 
Il n’y a pas de traduction stabilisée aux expressions anglaises « fact checking » et  « fact checker ».


Vérification d’information ne perce pas.

Ce sont les formules anglaises qui semblent devoir s’imposer en France.

Le « fact checker » est, dans la presse américaine, celui qui vérifie la réalité des faits avancés dans les articles publiés.

C’est généralement un poste de début de carrière pour un jeune journaliste.

Avec le développement d’Internet, le domaine de recherche s’est étendu : désormais les « fact checkers » analysent aussi la cohérence de ce que disent les hommes politiques avec ce qu’ils font, ou encore la cohérence entre ce qu’ils ont dit autrefois et ce qu’ils affirment aujourd’hui.

De même que le périmètre du « fact checking » s’est élargi, les « fact checkers » ne se limitent plus désormais aux services spécialisés des journaux, mais incluent d’innombrables internautes prêts à repérer la moindre invraisemblance dans tout ce qui est publié sur le Net.

Le « fact checking » existe depuis longtemps dans les entreprises : c’est l’audit et le contrôle de gestion.


On reproche parfois aux contrôleurs de gestion une vision trop chiffrée de la complexité d’une entreprise.


Substituer le titre de « fact checker » à celui de « contrôleur de gestion » contribuerait peut-être à faire évoluer la fonction et la compréhension qu’on peut en avoir de l’extérieur.