France

Détails

  • Service: Corporate
  • Type: Newsletter
  • Date: 04/07/2012

Everest : contravention au sommet 

[Décryptages - Développement Durable]

Certaines années, le sommet l’Everest voit passer près de 700 alpinistes. Le 26 mai 2012 – journée record – 150 personnes ont réussi l’ascension. On estime à environ 14 000 (dont 6 000 sherpas) le nombre total de personnes ayant suivi les pas d’Edmund Hillary et de Tensing depuis 1953.
Outre les accidents qui se multiplient, cette affluence a une conséquence d’ordre écologique : 50 tonnes de déchets jonchent les pentes du toit du monde.

Depuis quelques années, les autorités de Katmandou procèdent chaque printemps à des opérations de nettoyage. Une vingtaine de sherpas parviennent à évacuer en une saison environ 7 tonnes de déchets, dont 20% depuis le sommet.

Pour que le stock de détritus de l’Everest diminue rapidement, il faudrait que les 700 visiteurs annuels cessent d’y abandonner leurs charges inutiles. La solution est dans la prévention.

Afin que l’Everest ne devienne pas la poubelle la plus élevée de la planète, l’administration népalaise a décidé qu’avant leurs expéditions les alpinistes devraient déposer une caution de quelque 4 000 $, qui ne leur serait restituée qu’à condition qu’ils rapportent au retour le matériel et les emballages emportés à l’aller.

Sachant que le coût d’une ascension par la face népalaise dépasse 30 000 $, d’aucuns estiment la mesure insuffisamment dissuasive et s’attendent à voir la contravention augmenter prochainement.