France

Détails

  • Service: Corporate
  • Type: Newsletter
  • Date: 01/02/2011

L'euro : première fausse monnaie mondiale 

[Décryptages - International]

Le nombre de billets contrefaits en euros saisis au cours de l’année 2010 a baissé pour la première fois depuis 2006.

Avec environ une fausse coupure pour 6 500 billets en circulation, le taux de contrefaçon de l’euro reste cependant deux fois supérieur à son niveau de 2003, un an après son lancement. Et la devise européenne conserve le rang qu’elle occupe depuis 2008 de première monnaie contrefaite au monde devant le dollar américain.

La prédilection des faux monnayeurs pour l’euro a des racines à la fois techniques et politiques.

La mise en circulation de la monnaie européenne le 1er janvier 2002 intervient en effet à un moment où la microinformatique bouleverse la chaîne de fabrication des faux billets. Aux lourds ateliers d’imprimerie clandestins, se substituent des équipements légers constitués d’un ordinateur portable et d’une imprimante.

Dès le départ, les faux-monnayeurs bénéficient ainsi de conditions d’exploitation « idéales » : une grande flexibilité de production dans un marché neuf.

Cet atout est renforcé par l’insuffisance du dispositif de répression. Si la Banque Centrale Européenne a pris les meilleures dispositions pour compliquer la reproduction des billets européens, la coordination policière des pays de l’UE reste à consolider.

La lutte contre le faux monnayage est en effet un privilège régalien, que les Etats souverains hésitent à déléguer. La création d’Interpol en 1923, puis la Convention de Genève pour la répression du faux monnayage de 1929, ont certes amorcé une coordination internationale.
Mais l’action d’Europol, l’agence européenne de centralisation de l’action policière, a longtemps été handicapée par la limitation de son champ d’intervention aux pays de la zone euro.

Depuis 2009, c’est dans l’ensemble des pays de l’Union que l’agence est autorisée à intervenir, avec une efficacité renforcée.

Aux Etats-Unis, le Secret Service a été créé en 1865 pour lutter contre la contrefaçon du dollar. Il étendit par la suite son champ d’intervention jusqu’à devenir la première agence fédérale de renseignement intérieure et de contre-espionnage.

Au nom de la défense de l’euro, en ira-t-il de même d’Europol ?