France

Détails

  • Service: Corporate
  • Type: Newsletter
  • Date: 17/01/2011

E-réputation : un enjeu familial 

[Décryptages - Générations]

Selon un sondage BVA, 89% des 15-24 ans estiment qu’utiliser les réseaux sociaux comme Facebook ne présente pas de risque particulier si on le fait de façon avisée. Leurs parents ne sont qu’environ 60% à être de la même opinion. Et leurs grands-parents, moins de 40% à partager leur point de vue.

Forts de leur expérience, les aînés ont une meilleure conscience des enjeux de l’e-réputation, cette image qu’on laisse de soi sur Internet. Ils savent qu’on peut regretter à l’âge mûr ce qu’on a pu écrire dans la fougue de la jeunesse. Leur méfiance à l’égard des réseaux sociaux ne manque pas d’arguments. Mais ils connaissent moins bien que leurs enfants les outils de confidentialité des sites concernés.

Avec l’avantage de la maîtrise technologique, les jeunes répartissent généralement leurs amis en deux groupes. Dans le premier, de 10 à 30 personnes, on s’affiche en toute liberté. Dans le second, on paramètre en revanche l’accès à ses données personnelles de façon très sélective.

A l’inverse, dans les générations précédentes, on met moins d’informations privées en ligne, mais on le fait souvent sans se préoccuper des droits d’accès.

Ainsi, les enfants communiquent beaucoup vers peu, et leurs parents peu vers beaucoup.

Ce clivage a une conséquence paradoxale : les enquêtes montrent qu’en matière de gestion de la vie privée sur le web, les générations commencent à s’entraider.

Les parents qui mettaient leur album de photos à la disposition du monde entier en croyant ne l’avoir adressé qu’à leurs amis demandent une aide de paramétrage à leurs enfants. Réciproquement, les adolescents, de plus en plus conscients de la fragilité des amitiés et du caractère sensible de certaines informations, hésitent moins à solliciter le conseil de leur entourage.

Après avoir d’abord été le territoire privilégié des plus jeunes, les réseaux sociaux s’ouvrent massivement aux plus âgés. Toutes les générations se croisent désormais dans le même univers numérique. Mais alors qu’elles ne faisaient jusqu’à présent qu’y cohabiter, les impératifs de l’e-réputation les obligent à collaborer.

Qui aurait dit que Facebook, cet outil que les enfants consultent en vérifiant chaque fois que personne ne les espionne, faciliterait un jour le dialogue dans les familles ?