France

Détails

  • Service: Corporate
  • Type: Newsletter
  • Date: 11/07/2013

Les data centers : futures sources de chauffage urbain ? 

[Décryptages - Développement durable]
L’agence nationale de sécurité américaine (NSA) achève dans l’Utah la construction du plus vaste data center mondial. Quelque 40 000 m2 seront consacrés au stockage et au traitement informatiques, soit l’équivalent de près de sept terrains de football.

Le choix de l’Utah ne doit rien à la tradition mormone de conservation de données.

Si l’Utah a été retenu, c’est parce que l’électricité y est la moins chère des Etats-Unis.

Les data centers sont en effet de grands consommateurs d’énergie. Un centre de traitement de 15 000 m2 – la surface des centres les plus récemment construits en Europe – affiche la même consommation d’électricité qu’une ville de 40 000 habitants.

On estime que le cloud – l’ensemble des ressources informatiques mondiales reliées en réseau –mobilise aujourd’hui 2% de la production d’électricité de la Planète. Celle-ci est principalement utilisée dans les circuits de refroidissement des unités de serveurs et de stockage. Un data center est en effet une sorte de gigantesque réfrigérateur qui rejette de la chaleur pour se maintenir à basse température.

Jusqu’à présent, les constructeurs de data centers se sont concentrés sur les méthodes les moins coûteuses d’élimination de la chaleur produite, notamment en l’injectant dans les nappes d’eau souterraines profondes.

Mais, sous l’effet du développement de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE), les opérateurs de data centers privilégient désormais le recyclage des quantités de chaleur disponibles. Ainsi, aux Pays-Bas, la chaleur accumulée dans un centre de traitement est utilisée, via un circuit hydraulique, pour chauffer le campus d’une université voisine.

Les dispositifs de recyclage de la chaleur des data centers demandent des investissements lourds. Mais les grands acteurs de la profession ont compris que leur image est en jeu. Faut-il s’attendre à voir demain Google, Amazon et Facebook devenir des fournisseurs de chauffage urbain ?
 

Boutons de partage

Share this