France

Détails

  • Service: Corporate
  • Type: Newsletter
  • Date: 17/01/2011

La Côte d'Ivoire : précurseur de l'Entente cordiale 

[Décryptages - International]

Au début de 1898, les relations franco-britanniques sont au plus bas.

Alors que l’armée française se débat dans l’affaire Dreyfus – c’est le 13 janvier 1898 que Zola publie son J’accuse – les troupes britanniques en Afrique décident de profiter de sa faiblesse morale pour marquer leur territoire.

Londres fait connaître son hostilité à la mission du commandant Marchand, parti du Congo pour rejoindre le Nil. Et en Côte d’Ivoire, colonie française depuis 1893, les incidents de frontières se multiplient avec la Gold Coast (aujourd’hui Ghana), sous contrôle anglais.

A Paris, le ministre des Affaires étrangères, Gabriel Hanotaux, est méfiant à l’égard du Royaume-Uni. On est à la merci d’un dérapage.

Mais en diplomate avisé, Hanotaux choisit la voie de la négociation : le 14 juin 1898, il signe avec l’ambassadeur britannique une convention délimitant les frontières des colonies de chacune des deux puissances en Afrique centrale, principalement en Côte d’Ivoire, ainsi que les territoires affectés aux différentes populations indigènes.

La tension semble s’apaiser lorsqu’on apprend que Marchand a hissé le 12 juillet le drapeau tricolore à Fachoda, au sud du Soudan britannique. En septembre, les Anglais exigent son retrait. Sans ordres, Marchand tergiverse, puis se replie lorsqu’il en reçoit l’instruction du nouveau ministre des Affaires étrangères, Théophile Delcassé. 

Très habile, Delcassé saura faire de cette humiliation une force. Il propose au gouvernement britannique de prolonger le processus qui avait réglé la crise de Côte d’Ivoire. Les discussions aboutiront à la signature des accords franco-britanniques du 8 avril 1904, connus sous le nom d’Entente cordiale, qui affectent l’Afrique du nord à la France, l’Afrique de l’est au Royaume-Uni, et confirment les dispositions géographiques et ethniques relatives à l’Afrique de l’ouest et à la Côte d’Ivoire.

La stabilité que connaîtra ensuite la Côté d’Ivoire pendant près d’un siècle est issue de l’Entente cordiale.