France

Détails

  • Service: Corporate
  • Type: Newsletter
  • Date: 30/01/2013

Colloque Walter Lippmann : précurseur de Davos 

[Décryptages - International]
Août 1938 – Neuf ans après le krach de 1929, les PIB des Etats-Unis et de la France ont tout juste retrouvé leur niveau d’avant la crise. L’armée japonaise fait régner la terreur en Chine. A Moscou, Staline achève les purges engagées en 1936. En Europe, les bruits de bottes se font de plus en plus proches. On se bat en Espagne. Après l’Anschluss en mars, Hitler exige maintenant les Sudètes. La guerre semble imminente.

A New York, le journaliste Walter Lippmann vient de publier La Cité libre, un livre où il s’interroge sur les raisons du déclin du libéralisme et de la montée des totalitarismes. C’est le moment que choisissent une trentaine d’économistes américains et européens pour réfléchir ensemble à l’avenir de l’économie libérale.

Le colloque – auquel Walter Lippmann laissera son nom – rassemble les intellectuels et industriels libéraux d’avant-guerre parmi les plus éminents : Raymond Aron, Auguste Detoeuf, Friedrich Hayek, Ludwig von Mises, Robert Marjolin, Jacques Rueff, Ernest Mercier, Alfred Schütz…

Réunis à Paris du 27 au 30 août 1938, ils consacrent leur première journée de travail aux performances des économies nationalistes du Japon et de l’Allemagne. Le deuxième jour pose la question de savoir si le libéralisme est capable de répondre durablement aux aspirations sociales. Au cours des deux derniers jours, les participants rédigent une feuille de route des actions à engager pour refonder le libéralisme économique.

Leur conclusion est que le libéralisme politique et le libéralisme économique sont organiquement liés, l’un entraînant nécessairement l’autre, et réciproquement.

Les recommandations de la réunion de Paris ne seront pas suivies à court terme. Trente jours exactement après la rencontre, c’est Munich, et douze mois plus tard le début de la Seconde Guerre Mondiale. Pendant trente ans, la pensée keynésienne dominera les politiques économiques occidentales.

Mais à l’orée des années 70, alors que la croissance mondiale est sur le point de changer de rythme, les principes du Colloque Walter Lippmann ressurgissent sous le nom de néo-libéralisme à l’occasion d’un autre colloque, celui de Davos cette fois, lancé en 1971.

Walter Lippmann, aura juste le temps de l’apprendre : il meurt en 1974, à l’âge de 85 ans.
 

Boutons de partage

Share this