France

Détails

  • Service: Corporate
  • Type: Newsletter
  • Date: 07/03/2014

Clipperton : une grande petite île 

[Décryptages - Entreprises & Economie]
Située à 1300 km à l’ouest du Mexique, l’île de Clipperton est, avec une surface émergée de 11 km2, le plus petit territoire français du Pacifique. Elle a été découverte en 1711 par des marins de la Royale. Après s’y être peu intéressée pendant deux siècles et demi, au point de laisser le Mexique l’occuper avant la Première Guerre mondiale, la France fait aujourd’hui valoir sa souveraineté.

Paris multiplie depuis une trentaine d’années les gestes symboliques à cet égard : missions savantes, passages de la Marine nationale. Ce foisonnement relève autant de l’intérêt scientifique que de la démarche politique.

Depuis la Convention des Nations unies sur le droit de la mer en 1982, les Etats côtiers peuvent en effet revendiquer une zone économique exclusive (ZEE) allant jusqu’à 200 miles, voire plus, au large de leurs côtes. Grâce à son lagon et aux récifs qui l’entourent, Clipperton apporte à la France une ZEE de quelque 400 000 km2 et l’exercice des droits souverains d'usage des ressources minières et halieutiques qui s’y rattachent.
Les zones côtières de la France métropolitaine ne justifient, en comparaison, qu’une zone économique exclusive de 335 000 km2 pour une surface terrestre de 550 000 km2.

D’autres « confettis » de l’ancien empire colonial français affichent des ZEE très étendues par rapport à leur surface terrestre : les Îles Crozet, Kerguelen, Saint-Paul-et-Amsterdam, situées dans les Terres australes et antarctiques françaises, possèdent plus de 500 000 km2 de ZEE chacune pour des surfaces terrestres de quelques dizaines de km2. La Nouvelle-Calédonie affiche une zone économique exclusive de 1,4 million km2 et la Polynésie française de 4,8 millions km2.

Au total sur le plan mondial, avec environ 11 millions de km2 de ZEE revendiqués, la France ressort au deuxième rang pour la surface de sa zone économique exclusive derrière les Etats-Unis. L’intérêt économique d’une telle ZEE n’est pas encore avéré. S’il l’est un jour, la France mesurera ce qu’elle doit aux Bougainville et autres Dumont d’Urville qui ont planté son drapeau sur ces îles lointaines.
 

Boutons de partage

Share this