France

Détails

  • Service: Corporate
  • Type: Newsletter
  • Date: 26/03/2014

Le Clean Air Act : précurseur des politiques anti-pollution 

[Décryptages - Développement durable]
Le matin du 5 décembre 1952, il fait très froid à Londres. La nuit précédente, les Londoniens ont brûlé beaucoup de bois et de charbon. Les centrales thermiques de la capitale ont fonctionné à plein régime. Comme il n’y a pas de vent, la fumée des cheminées reste bloquée au-dessus de la capitale dans un épais et étouffant nuage.

Les habitants de Londres connaissent bien ce phénomène du smog – un mot-valise construit sur smoke, la fumée, et fog, le brouillard. Ils savent combien celui-ci peut être dangereux : dans le passé, il a fait plusieurs fois des centaines de morts. Mais ce que les Londoniens s’apprêtent à vivre est sans précédent.

Entre le 5 et le 9 décembre, on dénombrera 4000 décès directement dus la pollution atmosphérique. 8000 autres personnes mourront prématurément par la suite du fait du smog de 1952.

Dans un premier temps, le gouvernement conservateur, dirigé par un Churchill de 80 ans affaibli, ne mesure pas la gravité de la situation. D’aucuns commencent par mettre les morts sur le compte de la grippe. Mais les pouvoirs publics finissent par se rendre à la dramatique évidence.

Quatre années s’écouleront cependant avant que le parlement vote le Clean Air Act. Sous la pression des industriels, le gouvernement se montre en effet dans un premier temps hostile à l’idée de réglementer ce qu’on appelle aujourd’hui l’écologie. Il faudra une fronde parlementaire pour qu’Anthony Eden, qui a entre-temps succédé à Churchill, se range à cette nécessité.

Le Clean Air Act prévoit d’interdire l’émission de fumée dans les zones résidentielles et prépare la fermeture des centrales thermiques installées dans les agglomérations. Dès les sixties, le Londres des Beatles commence à mieux respirer.

Et, à son instar, partout dans le monde, les grandes métropoles s’engagent dans des programmes de protection environnementale.
 

Boutons de partage

Share this