France

Détails

  • Service: Corporate
  • Type: Newsletter
  • Date: 06/06/2011

Canada : les saumons au service de la biodiversité 

[Décryptages - Développement durable]

En Colombie britannique, à l’ouest du Canada, les rives des cours d’eau où le saumon abonde sont dominées par la ronce et le sureau. En revanche, on trouve surtout la myrtille, l’airelle et le bleuet quand le saumon est rare.

Comment un poisson peut-il influencer la flore, dans les terres, à plus de dix mètres des eaux ? Des chercheurs canadiens viennent de trouver l’explication.

Quand les saumons remontent les rivières, ils meurent après avoir frayé. Les ours et les loups les attrapent alors et les emportent sur la rive pour les manger, à une distance variant de cinq à quinze mètres.

Mais ils se contentent généralement d’une partie seulement du poisson, et abandonnent ses restes avant d’aller en chercher un autre.

Les carcasses des saumons, riches des éléments azotés absorbés pendant leur séjour en mer, s’accumulent aux abords des rivières.

Lors de leur décomposition, la terre s’enrichit de ces nutriments et attire les plantes fortement consommatrices d’azote.

La flore et, par voie de conséquence, les populations d’oiseaux et d’insectes, se trouvent ainsi directement déterminées par la densité des saumons dans les rivières.

Pour d’administration de la Colombie britannique, protéger les saumons du Pacifique ne se limite pas à assurer la survie de l’espèce.

C’est aussi contribuer à la biodiversité dans les terres.