France

Détails

  • Service: Corporate
  • Type: Newsletter
  • Date: 27/04/2011

CO2 : la réduction commence à table 

[Décryptages - Développement durable]

En France, ne pas finir son assiette, quand on est invité, peut passer pour impoli. En Chine, c’est le contraire. Ne rien laisser signifie qu’on a été insuffisamment servi. Presque une insulte ! Mais, malgré la différence des usages, on gaspille la nourriture dans les deux pays, comme dans bien d’autres sur la Planète.

Chaque Français jette annuellement en moyenne 20 kg de denrées : un tiers de produits périmés, deux tiers de restes. Les aliments entamés se composent de plats cuisinés (33%), pain (28%), fruits et légumes (22%). On estime à plus de 200 euros par foyer la valeur des achats alimentaires non consommés chaque année.

Dans le même temps, les acteurs de la distribution retirent une quantité identique de produits de leurs rayons. Au total, ce sont 2,6 millions de tonnes de denrées qui sont « gaspillées » chaque année dans l’Hexagone, soit plus de 20% de la consommation alimentaire nationale.

Sur le plan mondial, la France ne fait pas pour autant mauvaise figure. En Grande-Bretagne, c’est le quart de la nourriture produite qui n’est pas consommée. La proportion dépasse 30% en Belgique et atteint 40% aux Etats-Unis.

La grande distribution française recycle environ 10% de ses invendus vers les banques alimentaires, mais 90% sont détruits pour des raisons hygiéniques et pour éviter l’installation d’un marché parallèle.

Les Français produisent autant de gaz à effet de serre en mangeant qu’en roulant. Le bilan carbone de la consommation alimentaire annuelle d’une famille de quatre personnes est équivalent à celui d’une automobile parcourant 35 000 km. Gaspiller un steak équivaut à laisser allumée une ampoule de 60 W pendant 70 heures. Et jeter un pain revient à faire tourner deux fois le lave-vaisselle.

Au-delà de ses aspects moraux et économiques, c’est désormais aussi de l’enjeu énergétique que relève la question du gaspillage alimentaire. A méditer quand la discussion vient sur l’effet de serre au cours du repas !