France

Détails

  • Service: Corporate
  • Type: Newsletter
  • Date: 17/10/2011

Avion : comment embarquer plus vite ? 

[Décryptages - Entreprises & Economie]

Les compagnies aériennes sont facturées par les aéroports en fonction du temps de stationnement de leurs appareils. Elles ont donc intérêt à limiter la durée d'immobilisation des avions au sol en optimisant les processus d’embarquement. Mais quel est le plus efficace ?

Pour le savoir, Jason Steffen, un astrophysicien américain à la curiosité éclectique, a testé plusieurs techniques dans une réplique de Boeing 757, avec le concours de 72 volontaires munis de bagages de cabine.

La méthode la plus couramment mise en œuvre par les compagnies aériennes lorsque les numéros de sièges sont individuellement attribués – embarquement par blocs successifs de rangées de l’arrière vers l’avant de l’appareil – a demandé 6 minutes 54 secondes.

La méthode aléatoire, pratiquée par les compagnies low cost lorsque les passagers s’installent librement au fur et à mesure de leur montée à bord, a réclamé 4 minutes et 44 secondes.

La méthode dite Wilma (Window, Middle and Aisle), consistant à faire embarquer d’abord les hublots, de l’arrière vers l’avant, puis les sièges du milieu, et enfin les couloirs, affiche une durée de 4 minutes et 13 secondes.

Enfin, Steffen a expérimenté une variante de la méthode Wilma dans laquelle on progresse de l’arrière vers l’avant, non pas rangée après rangée, mais au rythme d’une rangée sur deux. Résultat : 3 minutes 36 secondes.

Les compagnies aériennes ont suivi l’expérimentation avec intérêt : réduire de moitié les temps d’embarquement des courts courriers permettrait d’accroître de plus de 10% le nombre de vols quotidiens de chaque appareil.

La méthode Wilma a été pratiquée il y a une dizaine d’années par quelques transporteurs. La plupart y ont renoncé devant le mécontentement des passagers empêchés d’embarquer ensemble quand ils voyagent en groupe.

Mais les usages des voyages aériens évoluant sous la pression des contraintes économiques, peut-être reviendra-t-elle sous le nom de méthode Steffen ?