France

Détails

  • Service: Corporate
  • Type: Newsletter
  • Date: 14/11/2012

Antarctique : de la Terre à la Lune 

[Décryptages - Développement durable]
Quelque 4 000 scientifiques, de toutes nationalités, séjournent en permanence sur les glaces du pôle Sud. La vocation expérimentale de l’Antarctique ne se limite toutefois pas à la recherche scientifique. On la retrouve dans le statut singulier du continent au regard du droit international.

L’Antarctique est la dernière terra nullius de la Planète : sur le plan juridique, le continent n’est la propriété de personne.
C’est le Traité de l’Antarctique qui a, en 1959, fixé le principe d’extraterritorialité du continent. Signé par douze pays, dont les Etats-Unis, l’URSS, le Japon, le Royaume-Uni, l’Allemagne et la France, cette convention est le premier engagement pacifique conjoint des grands pays occidentaux et du bloc communiste depuis le début de la Guerre froide.

Ratifié depuis par une quarantaine d’autres pays, le Traité de l’Antarctique prévoit dans son article premier que « seules les activités pacifiques sont autorisées » sur le continent. L’article IV précise qu’aucune de ces activités « ne créera de droits de souveraineté dans cette région ». En 1991, un protocole additionnel signé à Madrid interdit formellement les activités relatives aux ressources minérales autres que celles menées à des fins scientifiques.

On a récemment découvert dans l’Antarctique d’importants gisements énergétiques, notamment gaziers. En dépit des dispositions du Traité, des revendications territoriales s’expriment, dans la perspective de leur éventuelle exploitation.

Concomitamment, le progrès des techniques de pêche rend désormais possible l’accès aux immenses ressources halieutiques des eaux continentales. La protection des espèces marines, non visée par le Traité, est à l’ordre des prochaines réunions des parties prenantes.

Le débat dépasse les seuls enjeux écologiques. Les choix qui seront faits du côté de l’Antarctique pourraient faire école pour cette autre terra nullius, déclarée patrimoine commun de l’humanité par le Traité de l’Espace de 1967 : la Lune !
 

Boutons de partage

Share this