France

Détails

  • Service: Advisory France, Transactions & Restructuring, Corporate Finance
  • Type: Communiqué de presse
  • Date: 16/10/2012

Plus de 86% des entreprises cotées ont connu au moins un décrochage boursier relatif de 20% sur un mois durant les cinq dernières années  

Publication de l’étude KPMG sur le Risque actionnarial

La gravité de la crise économique et financière a engendré une crise de confiance réciproque entre les actionnaires et les entreprises. Dans certains cas, une perte de confiance peut être brutale et se manifester par un décrochage important et durable du cours de bourse. KPMG a analysé la fréquence, la durée et les raisons de ces mouvements.

Plus d’une entreprise cotée sur deux a connu au moins quatre décrochages relatifs de plus de 20% de son cours de bourse entre 2007 et 2012

Sur un échantillon de 348 sociétés françaises cotées de l’indice du CAC All Tradable*, près de 1827 chutes de cours de plus de 20% par rapport à l’indice sur une période de vingt jours de bourse ont été observées durant les cinq dernières années. 86,5% des entreprises cotées ont connu au moins un décrochage boursier de cette ampleur et 51,7% ont été affectées au moins quatre fois.

Sur la même période, 493 chutes de plus de 30% ont été enregistrées, affectant une entreprise sur deux.

Plus l’entreprise est petite en termes de capitalisation boursière, plus elle est susceptible de connaître de tels mouvements brutaux, mais les grandes entreprises ne sont pas épargnées : 64,4% des entreprises les plus importantes du CAC All Tradable (25% de l’échantillon) ont connu une chute de leurs cours de 20% durant ces cinq années.

Les secteurs de la technologie et des biens de consommation sont les plus sujets à ces décrochages brutaux.
« L’importance du capital immatériel dans ces secteurs, la fréquence et la rapidité des ruptures technologiques peuvent expliquer cette vulnérabilité » ajoute Jean-Florent Rérolle, Associé KPMG Corporate Finance.

Une chute brutale du cours de bourse traduit une modification des attentes à long terme des investisseurs

Si on observe les causes apparentes des décrochages de plus de 30% qui ont affecté les trois quarts des plus grandes entreprises du panel, 52% sont imputables à la perception d’une altération de la trajectoire stratégique (croissance plus faible que prévue, rupture technologique, réduction des marges ou gestion déficiente du portefeuille d’activité), 32% à des décisions financières anxiogènes qui peuvent cacher des faiblesses stratégiques et 16% à des dysfonctionnements dans l’exécution stratégique ou la gouvernance. L’importance respective de ces causes est variable selon le secteur d’activité.

Les chutes se concentrent sur les trois derniers mois de l’année pour la majorité des entreprises françaises. Durant cette période, les informations sur les performances annuelles de l’entreprise commencent à être connues ou anticipées et les gérants de portefeuille procèdent aux premiers arbitrages de fin d’année.

Près de 9 mois en moyenne sont nécessaires pour retrouver la confiance des actionnaires après une chute de 20%

Ce phénomène de perte de confiance s’avère durable puisqu’il faut en moyenne près de 9 mois pour retrouver le niveau de l’indice après une chute de 20% et près de 11 mois pour les décrochages de 30%. La longueur de ce rétablissement favorise l’apparition d’autres phénomènes négatifs qui s’ajoutent et auto-entretiennent le décrochage : par exemple, la distraction managériale ou la dégradation du climat social hypothèquent la reprise et augmentent le risque financier.

« La cohérence des signaux, c’est-à-dire des discours et des comportements, est essentielle au maintien de la confiance » précise Jean-Florent Rérolle. « Les investisseurs valorisent davantage la trajectoire stratégique que les résultats immédiats. Les entreprises ne doivent pas se laisser intoxiquer par la tyrannie du court terme. La volatilité quotidienne est inévitable, mais l’entreprise peut favoriser un alignement du cours avec sa valeur à long terme en adoptant une démarche structurée de création de valeur et en communiquant davantage sur sa stratégie et son business model. »

Méthodologie de l’étude
S’appuyant sur un échantillon de 348 sociétés françaises cotées faisant partie de l’indice CAC All Tradable, KPMG a identifié entre le 30 septembre 2007 et le 30 septembre 2012 les décrochages boursiers de plus de 20% et plus de 30% par rapport à l’indice sur une période de vingt jours de bourse.
*L’indice CAC All Tradable regroupe les entreprises qui sont cotées sur Euronext Paris et dont au moins 20% du flottant change de main chaque année. La capitalisation boursière de ces entreprises varie de quelques millions à plus de 80 milliards d’euros.
Communiqué de presse
Télécharger maintenant
Les fichiers PDF nécessitent Adobe Reader pour les visualiser

Contact

Attaché de presse

Attaché de presse

Arnaud Fraboul, Attaché de presse

+33 1 55 68 90 31

 

Boutons de partage

Share this