France

Détails

  • Service: Audit France, Advisory France
  • Industrie: Automobile
  • Type: Communiqué de presse
  • Date: 12/01/2010

Industrie Automobile – Enjeux et attentes à l’horizon 2014 

Alors que l’industrie automobile émerge d’une crise historique dont peu d’acteurs avaient anticipé la violence, KPMG a interrogé pour la 11ème fois les dirigeants des principaux constructeurs et équipementiers mondiaux sur leur vision des enjeux auxquels ils devront faire face à un horizon de cinq ans.

 

A l’horizon 2014, l’étude montre un secteur automobile restructuré autour de grands acteurs capables de faire face à des besoins d’investissements significatifs pour développer de nouvelles technologies, notamment dans les moteurs, et une forte présence sur les nouveaux marchés de consommation.

Un enjeu majeur : faire face à l’incertitude

A plus court terme, les 200 dirigeants interrogés par KPMG soulignent qu’ils continuent à faire face à des grandes incertitudes sur leurs marchés, marqués par la hausse du chômage, des conditions de crédit en amélioration mais néanmoins toujours difficiles, et un manque de visibilité sur l’impact du retrait attendu des mesures d’incitation gouvernementales. Selon ces dirigeants, l’amélioration de la rentabilité des constructeurs reste un enjeu majeur de 2010 : seul un quart des participants anticipe une hausse des profits, tandis que 40% s’attendent à une stabilité des résultats et 33% à un déclin.

« Bien que les résultats de l’étude 2010 soient beaucoup plus optimistes que ceux de l’année dernière, la maîtrise du cash et le contrôle des coûts restent des priorités pour 2010 » observe Laurent des Places, Associé KPMG secteur automobile. « La vision du secteur montrée par notre étude est que les gagnants seront les acteurs capables de profiter de cette période d’incertitude et de changements pour gagner des parts de marché et utiliser au mieux l’effet de levier permis par la mondialisation des marchés automobiles et des sources d’approvisionnement. »

Alliances, fusions et acquisitions prévues en hausse

Plus des trois quarts des personnes interrogées par KPMG estiment que le nombre d’alliances et d’opérations de fusion acquisition intéressant les constructeurs automobiles va augmenter durant les cinq prochaines années. Des majorités substantielles se dégagent également pour prévoir la même tendance chez les équipementiers et les distributeurs. Ces chiffrent confirment les résultats de l’année dernière. Selon l’étude, les raisons justifiant cette tendance sont le poids de la dette et les risques de faillite (89%), l’accès à de nouvelles technologies et à de nouveaux produits (84%), des synergies possibles sur des produits nouveaux (83%) et l’accès à de nouveaux marchés ou de nouveaux clients (82%)

Surcapacités industrielles : un problème persistant

Malgré les fortes réductions de capacité opérées ces dernières années, plus de 90% des dirigeants interrogés pensent que des surcapacités industrielles restent un problème majeur, principalement aux USA, en Europe de l’Ouest et au Japon. Des inquiétudes apparaissent également en Russie, mais également au Brésil et en Chine. Un tiers desdirigeants anticipe également des surcapacités significatives en Chine à un horizon de trois à cinq ans. L’étude montre ainsi que la restructuration du secteur va se poursuivre ces prochaines années, une des raisons probables des attentes en hausse concernant les fusions et acquisitions.

Nouveaux marchés, nouveaux acteurs : où chercher la croissance ?

 De façon unanime, les dirigeants du secteur automobile confirment anticiper des investissements concentrés sur les marchés émergents, vus comme les principaux relais de croissance du secteur sur la période. L’ensemble des économies émergente est concerné par cette vision optimiste : non seulement les BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) mais également l’Asie du Sud Est, l’Europe de l’Est ou encore le Mexique. Interrogés sur les gagnants possibles en termes de parts de marché sur les cinq prochaines années, les participants à l’étude citent spontanément diverses marques chinoises et indiennes, et deux acteurs globaux, Hyundai/Kia et Volkswagen. A l’autre bout du spectre, les réponses montrent des anticipations fortement négatives pour General Motors et Chrysler.

Méthodologie de l’étude

Depuis 1999, KPMG interroge chaque année environ 200 dirigeants de l’industrie automobile mondiale pour recueillir leur opinion sur les perspectives et les tendances du secteur. L’échantillon inclut l’ensemble des acteurs du secteur, constructeurs automobiles et équipementiers, dans 24 pays du monde. Ils ont été interrogés entre mi-septembre et début novembre 2009.

 

 

Industrie Automobile – Enjeux et attentes à l’horizon 2014
Télécharger maintenant
Les fichiers PDF nécessitent Adobe Reader pour les visualiser
Téléchargement
 

 Etude : KPMG’s Global Auto Executive Survey 2010 

Contact

Attaché de presse

Attaché de presse

Arnaud Fraboul, Attaché de presse

+33 1 55 68 90 31