France

Détails

  • Service: Expertise comptable / Conseil aux entrepreneurs, PME, ETI et groupes familiaux
  • Industrie: BTP, Habitat Social & Urbanisme
  • Type: Communiqué de presse
  • Date: 27/02/2012

2ème édition du baromètre KPMG sur le BTP - 25% des entreprises du bâtiment anticipent une dégradation de leur trésorerie, dans les 6 prochains mois 

Selon la deuxième édition du baromètre de KPMG sur l’actualité des entreprises du BTP

  • 25 % des dirigeants du BTP anticipent une détérioration de leur trésorerie dans les six prochains mois et 12 % seulement envisagent d’augmenter leurs effectifs
  • L’intérêt des réseaux sociaux est reconnu, même si leur utilisation par les dirigeants du secteur est encore peu répandue


L’IFOP a interrogé en février 2012, à la demande de KPMG, 401 dirigeants d’entreprises du BTP de 1 à 49 salariés sur leur activité et sur leur utilisation et leur perception des réseaux sociaux.

Des effets de la crise qui commencent à se faire sentir…

La situation de trésorerie actuelle des TPE du BTP s’avère légèrement plus favorable qu’en septembre 2011 : 12 % des dirigeants interrogés déclarent qu’elle est déficitaire (-4 points), 45 % mentionnant qu’elle est à l’équilibre (+5 points) et 43 % bénéficiaire. On relève sur ce point des difficultés plus importantes dans le secteur du gros œuvre, où 16 % ont une trésorerie déficitaire.

De plus, les patrons du BTP sont plus nombreux qu’il y a six mois à entrevoir une détérioration de leur situation de trésorerie au prochain semestre (25 %, +4 points), et ce de façon plus marquée parmi ceux qui se trouvent déjà en déficit (30 %), dans le secteur aménagements et finitions (31 %) et dans les entreprises de 6 à 9 salariés (35 %). Ils sont néanmoins une majorité à considérer que leur trésorerie va rester stable (57 %, -2 points). Notons que 18 % seulement anticipent une amélioration de leur trésorerie ; cette vision positive étant plus fortement partagée dans les secteurs du gros œuvre (24 %) et de l’ingénierie et architecture (26 %).

Les prévisions en termes de créations d’emploi s’établissent au même niveau qu’en septembre dernier : 12 % des dirigeants ont l’intention d’augmenter leurs effectifs salariés dans les six mois à venir (-1 point), cette proportion s’avérant plus forte en région parisienne (16 %), dans les structures de 20 à 49 salariés (22 %), ainsi que dans les entreprises de plus de 20 salariés (22 %).

…mais des prix de vente qui demeurent globalement stables

Les deux tiers des entreprises interrogées prévoient un maintien de leurs prix de vente pour le semestre en cours (66 %, -3 points), avec un souhait de stabilité plus important pour les très petites entreprises (70 % de celles qui emploient 1 à 2 salariés) et en région parisienne (73 %). On relève une augmentation du nombre de dirigeants envisageant de baisser leurs prix de vente (16 %, +4 points).

Des réseaux sociaux encore très peu utilisés…

Sans surprise, l’utilisation des réseaux sociaux par les dirigeants de l’échantillon est encore peu répandue. 24 % y ont recours à titre personnel (49 % parmi les moins de 40 ans). Le recours à ces réseaux à titre professionnel est marginal : seuls 9 % les utilisent pour développer leur activité et 4 % l’envisagent.

Malgré sa création récente, Google+ est en tête du classement des réseaux sociaux jugés les plus efficaces à des fins professionnelles, pour 58 % des dirigeants utilisant ou envisageant d’utiliser les réseaux sociaux, suivi par Facebook pour 41 % et Twitter pour 30 %. Paradoxalement, les réseaux sociaux affirmant une orientation professionnelle comme Viadeo (14 %) et LinkedIn (7 %) n’arrivent qu’en fin de classement.

La faible utilisation professionnelle des réseaux sociaux s’explique par la perception, pour 6 % des personnes interrogées, qu’ils sont sans intérêt pour leur activité.

…même si leurs atouts en termes de communication sont perçus

La moitié des dirigeants interviewés (49 %) estime que les réseaux sociaux constituent aujourd’hui un moyen de communication complémentaire aux modes de communication classiques. Malgré la faible utilisation de ces réseaux sociaux, 19 % des dirigeants interrogés les jugent incontournables pour communiquer avec les clients et prospects. De plus, près des deux tiers affirment qu’ils sont aujourd’hui indispensables pour communiquer avec les jeunes générations (64 %), cette proportion atteignant 79 % des entreprises parmi celles qui souhaitent embaucher.

Parmi les atouts possibles de l’usage professionnel des réseaux sociaux, l’accès à des informations techniques est l’apport le plus important pour 30 % des chefs d’entreprise, suivi par l’actualité sur leurs domaines d’activité (28 %). Un dirigeant sur cinq estime que les réseaux sociaux peuvent apporter de nouveaux partenaires (20 %), 19 % de nouveaux clients et 17 % de nouveaux fournisseurs. Au même niveau, 17 % déclarent que cet outil peut renforcer la visibilité de leur entreprise et 16 % qu’il est utile pour trouver de nouvelles compétences. Enfin, 12 % estiment que les réseaux sociaux sont efficaces pour fidéliser leurs clients actuels.

** Méthodologie du baromètre « Actualité des entreprises du BTP »
Pour ce baromètre semestriel « Actualité des entreprises du BTP », l’IFOP a interrogé, à la demande de KPMG, un échantillon de 401 dirigeants d’entreprise, représentatif des entreprises françaises du BTP de 1 à 49 salariés. Les interviews ont eu lieu par téléphone sur le lieu de travail des personnes interrogées sur la période du 30 janvier au 1er février 2012.

Communiqué de presse
Télécharger maintenant
Les fichiers PDF nécessitent Adobe Reader pour les visualiser

Contact

Attaché de presse

Attaché de presse

Arnaud Fraboul, Attaché de presse

+33 1 55 68 90 31