France

Détails

  • Industrie: Tourisme, Hôtellerie & Loisirs
  • Type: Communiqué de presse
  • Date: 04/02/2013

Bilan et perspectives pour les Chaînes Hôtelières Françaises - janvier 2013 

2012 - 2013 : Consolidation du cycle et des performances

KPMG présente le bilan annuel de l’activité des Chaînes Hôtelières Françaises et leurs perspectives pour 2013. Cette étude repose sur un baromètre mensuel KPMG basé sur un panel d'environ 160 000 chambres d'hôtellerie de chaînes en France (soit plus de 25% des chambres d'hôtellerie recensées en 2011 par l'INSEE et la Direction du Tourisme).

Trois indicateurs sont analysés :
• Les taux moyens d’occupation
• Le prix moyen
• Le revenu par chambre disponible (RevPAR)

1 - Taux moyen d’occupation

- 2012 : la stabilisation de la demande hôtelière
Les six premiers mois de l’année 2012 ont confirmé la consolidation du taux d’occupation toutes catégories hôtelières confondues, après une excellente année 2011 pour l’hôtellerie. En cumulé, ce dernier s’établit à 64,6 %, soit +1,3 point de plus par rapport à fin juin 2011, sur la même période.

D’après les dernières données disponibles à fin septembre 20121, la fréquentation française a légèrement freiné avec une baisse de 0,2% des nuitées sur le territoire. En revanche, les nuitées étrangères ont progressé de 2,4% et ce malgré un ralentissement de clientèles provenant d’Italie

(-9,5%) et d’Espagne (-13,6%), pays dont les économies sont actuellement en difficulté. L’augmentation des nuitées étrangères hôtelières provient majoritairement du retour des clientèles américaines, anglaise et suisses.
En France, la région Provence-Alpes-Côte d'Azur a bénéficié de la meilleure performance avec une augmentation cumulée à fin septembre du nombre de nuitées de +2,1 % par rapport à la même période en 2011. La région Aquitaine a vu quant à elle une baisse de ses nuitées hôtelières de -4,3 % en 2012, du fait d’un déficit de clientèles étrangères.

La fin d’année 2012 s’est globalement stabilisée, grâce à la présence d’événements professionnels en France. Le taux d’occupation global des chaînes hôtelières, toutes catégories confondues, s’établit à 66,1 % contre 65,3 % en 2011, soit +0,8 point.

La catégorie 2 étoiles aura bénéficié en 2012 de la meilleure reprise avec un taux d’occupation progressant de 2,7 points, soit 63,8 %. Le report des clientèles sur des catégories inférieures aura donc bénéficié à ce segment en 2012.
Les établissements économiques 1 étoile se maintiennent avec une baisse légère de 0,7 points pour atteindre un taux d’occupation de 69,4 %, restant la meilleure performance d’occupation par catégorie. Les établissements 3 étoiles affichent quant à eux un taux d’occupation stable de 65,0 %, soit +0,8 point.

Au global, les établissements haut de gamme 4 étoiles auront comme en 2011 bénéficié d’un retour des clientèles affaires et étrangères à fin 2012 avec une augmentation cumulée du nombre de nuitées de 24,9 % à fin septembre 2012. Le taux d’occupation annuel des enseignes haut de gamme s’établit à 64,7 % contre 62,6 % en 2011, soit +2,1 points.

- Perspectives 2013 - 2014
Après une année 2011 de reprise et une année 2012 de stabilisation, cette nouvelle période devrait également rester stable dans un contexte économique et touristique toujours difficile incluant une baisse de clientèles des pays frontaliers et des consommateurs français à la recherche de produits hybrides et para-hôteliers.

2 – Le prix moyen

- Des prix moyens modérés
Le cumul des prix moyens à fin 2012 offre des résultats modérés, en lien avec les performances d’occupation, l’augmentation des promotions de dernière minute et des stratégies tarifaires de plus en plus complexes. Ainsi, les établissements économiques 1 étoile affichent des prix moyens en progression de +3,1 % alors que la catégorie 2 étoiles a vu ses prix moyens baisser de 0,6%, limitant les pertes avec un taux d’occupation généralement en hausse. Les prix moyens des établissements de gamme 3 étoiles ont progressé de +1,7 %, souvent portés par une rénovation de leur structure.
La catégorie 4 étoiles présente un prix moyen annuel de 133,3 € HT en baisse de 1,6 %, cette dernière catégorie restant fortement concurrencée par les établissements 3 étoiles sur les destinations urbaines.

- Perspectives 2013 – 2014
Les évolutions qualitatives du parc hôtelier, la montée en gamme liée aux nouvelles normes hôtelières de 2012 étant en cours d’achèvement, l’évolution des prix moyens devrait encore se stabiliser en 2013. Le manque de clarté entre les différentes gammes, l’augmentation de la TVA et les jeux de concurrences basées sur des offres promotionnelles multiples pourraient également pénaliser la croissance de ce dernier, sauf sur Paris.

3 – Le revenu par chambre disponible (RevPAR)

- Des niveaux de RevPAR équivalents à 2007
Malgré des distorsions entre les taux d’occupation et les prix moyens, les RevPAR progressent par rapport à 2011 et s’échelonnent entre 30 € HT en catégorie super-économique et 86,3 € HT en hôtellerie haut de gamme (hors 5 étoiles et Palaces).

L’hôtellerie économique 2 étoiles enregistre la hausse du RevPAR de +3,7 % la plus importante des différentes catégories par rapport à 2011 et +2,9 % en catégorie 3 étoiles.

- Perspectives 2013 - 2014
La stabilisation de l’occupation et des prix moyens sur l’ensemble des segments hôteliers devrait également réguler les niveaux de RevPAR en 2013. Les professionnels de l’hôtellerie devront donc être à l’écoute du marché touristique pour affiner leur stratégie de conquête des clients.

« Le renforcement du positionnement « affaires » - nombreux salons professionnels et congrès ainsi que l’instabilité conjoncturelle et politique de certains bassins touristiques à l’exemple du Maghreb devraient favoriser l’arrivée de clientèles étrangères sur la France, contribuant au maintien des performances sur tous les segments. La saison d’hiver s’annonce d’ores et déjà excellente » souligne Stéphane Botz, Directeur du pôle Tourisme Hôtellerie Loisirs de KPMG.

Communiqué de presse
Télécharger maintenant
Les fichiers PDF nécessitent Adobe Reader pour les visualiser

Contacts




Marion Giroud, Responsable Relations Presse

+33 1 55 68 91 50

 



Arnaud Fraboul, Attaché de presse

+33 1 55 68 90 31

 

Boutons de partage

Share this