France

Détails

  • Service: Expertise comptable / Conseil aux entrepreneurs
  • Type: Communiqué de presse
  • Date: 27/01/2010

4ème édition du baromètre de KPMG et de la CGPME : 44% des dirigeants déclarent se restreindre dans leurs investissements  

A la demande de KPMG et de la CGPME, l’IFOP a interrogé en janvier 2010 plus de 400 dirigeants d’entreprises françaises de 10 à 500 salariés sur leur financement et leur accès au crédit.

Des difficultés économiques qui persistent

L’inquiétude des dirigeants de PME à l’égard de la crise reste stable depuis septembre 2009 (72%) (contre 87% à la création du baromètre en février 2009). Toutefois, plus d’un dirigeant sur dix (11%) se déclare encore très inquiet.

Les difficultés rencontrées par les dirigeants ont légèrement augmenté. La baisse du chiffre d’affaires est la principale d’entre elles, 58% y étant confrontés (contre 55% en septembre 2009). Comme au trimestre dernier, une PME sur trois subit une hausse des coûts ou des prix des fournisseurs et 29% rencontrent des problèmes de trésorerie ou de financement. Les difficultés avec les assureurs-crédits se sont en revanche réduites (7%, contre 13% en septembre).

Des relations avec les banques considérées comme satisfaisantes mais sous condition

En moyenne, 66% des dirigeants sont en contact avec leur banquier au moins une fois par mois, dont 27% toutes les semaines. Cette relation est satisfaisante pour neuf PME sur dix, voire « très satisfaisante » pour 22% (+4 points) d’entre elles, notamment dans l’industrie (27%).

Cependant, plus de la moitié des PME (51%, +1 point) envisage d’examiner les conditions offertes par d’autres banques. Un tiers (contre 26% en septembre) envisage même de changer de banque principale ou de travailler avec plus d’organismes. La moitié des dirigeants souhaite demander plus d’informations à leur(s) banque(s). De même, 50% pourraient réexaminer leurs placements, trésorerie ou lignes de crédit (+9 points). Dans ce cadre, près d’un dirigeant sur deux (49%, +2 points) se dit prêt à recourir au médiateur du crédit ou à un tiers de confiance en cas de litige ou de problème de financement.

Des besoins de financement en baisse mais toujours importants

44% des dirigeants déclarent se restreindre dans leurs investissements et leurs demandes auprès des banques (+4 points depuis septembre 2009). Cette « autocensure » est particulièrement ressentie dans les structures de 20 à 49 salariés (50%), les secteurs de la construction (51%) et des services (49%),
et par les PME ayant des besoins de financements de leur exploitation (75%). Les besoins de financement des PME sont en baisse depuis septembre 2009 (- 8 points), même s’ils sont encore élevés. En effet, 60% des PME déclarent avoir au moins un besoin de financement.

L’entretien et l’achat d’équipements, à l’origine des besoins de crédits…

Les PME qui souhaitent financer leurs investissements (38% des dirigeants interrogés) envisagent d’avoir recours à davantage de crédits. Parmi elles, 59% (+10 points) ont besoin de crédit pour remplacer ou entretenir leur exploitation (matériel, locaux…), et 52% (+4 points) pour acheter des équipements. On observe également une forte hausse des besoins de crédits pour réaliser des acquisitions de développement (32%, + 8 points). Le seul poste en diminution concerne les investissements d’innovation (13% des PME, contre 18% en septembre).

…mais l’accès au crédit est de plus en plus difficile. Les délais de réponse demeurent notamment un sujet de préoccupation

L’inquiétude reste forte auprès des dirigeants de PME sur les conditions générales d’accès au crédit. Elle est cependant en repli de 3 points depuis septembre 2009 (79%), quoique, à titre individuel,
les dirigeants de PME soient plus nombreux à considérer que leurs propres conditions d’accès au crédit se dégradent (37%, contre 27% il y a six mois). 75% des PME déclarent être confrontées à au moins une mesure de durcissement de la part de leur banque.

Ce chiffre est en légère baisse par rapport à septembre (- 2 points), mais à un niveau toujours élevé par rapport au début de l’année 2009 (59% en février 2009). Si les demandes de garanties supplémentaires (38%, - 4 points) et la réduction des crédits et des facilités de trésorerie (29%, - 8 points) diminuent, de plus en plus de PME sont confrontées à un allongement des délais d’acceptation de leurs demandes (30%, contre 28% en septembre et 23% en février 2009).

Méthodologie
• Echantillon de 402 dirigeants d’entreprises, représentatifs des entreprises françaises de 10 à 500 salariés.
• La représentativité de l’échantillon a été assurée par un échantillonnage raisonné sur les quotas (taille salariale, secteur d’activité, région) et un redressement selon les données INSEE.
• Les interviews téléphoniques du quatrième baromètre ont eu lieu du 6 au 12 janvier 2010.
• Les trois premières éditions du baromètre ont été publiées en février, juin et septembre 2009.
4ème édition du baromètre de KPMG et de la CGPME
Télécharger maintenant
Les fichiers PDF nécessitent Adobe Reader pour les visualiser

Contact

Attaché de presse

Attaché de presse

Arnaud Fraboul, Attaché de presse

+33 1 55 68 90 31