France

Détails

  • Industrie: BTP, Habitat Social & Urbanisme, Artisans du BTP
  • Type: Communiqué de presse
  • Date: 03/12/2012

54 % des dirigeants du bâtiment considèrent la démarche commerciale comme une priorité pour 2013  

>>> un recul des prévisions d’embauches dans les prochains mois

Pour la 19ème édition de son étude « Tendances et perspectives du Bâtiment »*, KPMG a analysé les points clés économiques, sociaux et financiers de la filière en 2011, et interrogé 800 dirigeants du bâtiment sur leurs perspectives et leurs enjeux pour les mois à venir.

Une activité en dents de scie pour 2011, en demi-teinte pour 2012

Lorsque l’on analyse le bilan des entreprises du BTP en 2011, il apparaît que, après un premier trimestre encourageant, les turbulences économiques de la période estivale ont déclenché de nombreux reports de démarrages de chantiers au 3e trimestre 2011. L’annonce des plans de rigueur en fin d’année, avec notamment la suppression du PTZ (prêt à taux zéro) dans l’ancien, le coup de rabot sur les dispositifs Scellier et CIDD (crédit d’impôt développement durable) ainsi que la hausse du taux de TVA, ont incité les dirigeants du BTP à rattraper le retard au cours du 4e trimestre et à anticiper les travaux prévus sur 2012. Ces mesures, dans un contexte d’excellentes conditions climatiques, ont permis de terminer l’année sur une embellie de l’activité.

Cependant, les niveaux de marge globale sont restés bas en 2011, dans le prolongement de l’année 2010. La rentabilité des entreprises est restée stable, voire s’est dégradée selon les secteurs. En termes de recrutement, on a observé une légère tendance au ralentissement des embauches.

78 % des dirigeants interrogés anticipent une stabilité ou une augmentation de leur chiffre d’affaires à horizon fin 2012 (- 4 points par rapport à 2011).

En revanche, 35 % prévoient une augmentation de leur résultat net (contre 34% en 2011) et 28 % anticipent une baisse (contre 22% en 2011). Ce sont les entreprises des secteurs Aménagements/Finitions et Gros Œuvre qui semblent avoir le plus de craintes quant à leur résultat en 2012, avec respectivement 33 % et 31 % d’entre elles qui prévoient une baisse de ce dernier.

En termes de délais de paiement, près de quatre dirigeants d’entreprises du bâtiment sur dix (38 %) constatent une évolution négative par rapport à 2011. C’est 13 points de plus que l’an passé, mais 9 points de moins qu’en 2010.

Recrudescence des accidents du travail

On observe une augmentation générale des taux de cotisation “accident du travail” entre 2010 et 2011, particulièrement marquée pour le secteur du Gros Œuvre (+ 0,76 point). Après une amélioration durant deux années consécutives, le secteur du BTP, qui présente toujours le plus haut niveau de risques et déplore le plus grand nombre de décès, connaît en effet une inversion de tendance.

« Une prévention des accidents du travail très importante ces dernières années a permis aux entreprises de réduire de façon conséquente le taux d’accidents de travail », souligne Annie Chauzu, Associée KPMG et responsable du réseau Entrepreneurs du Bâtiment. « Par contre, apparaît à ce jour une augmentation des maladies professionnelles, et particulièrement les TMS. Il conviendra alors d’être encore plus vigilant, en envisageant de nouveaux plans de prévention adaptés. »

Enjeux 2013 : les carnets de commande et la rentabilité des chantiers

La démarche commerciale reste la première préoccupation pour 54 % des dirigeants pour 2013, contre 44 % l’an dernier. La recherche de rentabilité des chantiers est toujours la seconde priorité des dirigeants pour 37 % d’entre eux (- 5 points par rapport à 2011). Avec des hausses de prix des matériaux difficiles à répercuter dans les devis, et des marges qui continuent de s’effriter, les dirigeants cherchent en effet à améliorer leur marge opérationnelle, et notamment dans les structures de 6 à 9 salariés (42 %) et de 10 à 19 salariés (41 %). En parallèle, dans un contexte de trésorerie à son niveau le plus bas depuis 2010, le recouvrement des factures est jugé comme une action prioritaire pour 21 % des dirigeants, à un niveau stable par rapport à l’an dernier.

« Une bonne gestion des chantiers », indique Annie Chauzu, « passe par une planification des heures, une gestion rigoureuse des matériaux, une réactivité permanente face aux incidents ; une technologie adaptée de chantiers améliorera le « juste à temps » et donc le pilotage. »

Prix : répercussion du coût des matériaux prévue dans les devis en 2013

60 % des entreprises envisagent une hausse du prix des matières premières d’ici septembre 2013, tandis qu’une entreprise sur 10 prévoit une diminution. Parmi les dirigeants qui prévoient une hausse du coût des matières premières, 60 % prévoient de répercuter cette potentielle augmentation sur leurs devis (contre 74 % en 2011).

Recrutements : recul des embauches et hausse des exigences en matière de formation pour 2013

Seulement 18 % des entreprises sondées pensent embaucher d’ici septembre 2013 (contre 23 % en 2011 et 28 % en 2010). Plus généralement, on observe une hausse des exigences en termes de formation de la part des employeurs. Parmi elles, 40 % envisagent de recruter un salarié qualifié d’un BAC Pro (contre 34% en 2011), 37 % un profil BTS (à un niveau stable par rapport à 2011) et 22 % un profil CAP (contre 39 % en 2011), tandis que les diplômés d’école d’ingénieur seront davantage sollicités que l’an dernier (15 % contre 10 % en 2011).

Parmi les entreprises qui n’envisagent pas de recruter dans les prochains mois, près de 9 sur 10 prévoient de maintenir leur effectif, tandis que 11 % des dirigeants interrogés souhaitent le réduire (contre 9 % en 2011).

« La lecture des indicateurs clés économiques et financiers, au fil du temps et des années, est un marqueur de comparaison, de réflexion, de mise en perspective dans un monde économique mouvant et complexe » conclut Annie Chauzu. « Les dirigeants devront les prendre en compte dans leurs prises de décisions pour la recherche permanente de la croissance ».

*Méthodologie Etude « Tendances et Perspectives du Bâtiment »
L’étude “Tendances et perspectives du bâtiment 2012” a été réalisée sur l’évolution du secteur du Bâtiment au cours des cinq dernières années, de 2007 à 2011. Elle porte sur un échantillon de 2 824 entreprises clientes dans les secteurs du Gros Œuvre, des Aménagements/Finitions, de la Couverture/Plomberie/Sanitaire/Electricité et la Menuiserie/Serrurerie. L’enquête d’opinion a été administrée par téléphone au cours de la période du 27 août au 15 septembre 2012 auprès de 800 dirigeants du bâtiment. La représentativité de l’échantillon a été assurée par un échantillonnage raisonné sur les quotas en matière de taille salariale, secteur d’activité et région. L’analyse des tendances sociales porte sur un échantillon d’environ 1 481 entreprises dont la gestion sociale du personnel a été confiée à KPMG.
Communiqué de presse
Télécharger maintenant
Les fichiers PDF nécessitent Adobe Reader pour les visualiser

Contacts



Ingrid Pinchot, Responsable Relations Presse

+33 1 55 68 91 50




Arnaud Fraboul, Attaché de presse

+33 1 55 68 90 31

 

Boutons de partage

Share this