Canada – Français

Description

  • Secteur : Marchés industriels, Aérospatiale et défense, Automobile, Biotechnologie et produits pharmaceutiques, Produits chimiques, Fabrication industrielle, Foresterie, Transport
  • Date : 2012-07-18

Sondage auprès des dirigeants du secteur manufacturier 2012 

Ambivalence de la réduction des coûts et de l’investissement dans l’innovation

Sondage auprès des dirigeants du secteur manufacturier 2012
Télécharger maintenant
Les fichiers PDF ne peuvent être visionnés qu'à l'aide du logiciel Adobe Reader

Intitulé Sondage auprès des dirigeants du secteur manufacturier : Ambivalence de la réduction des coûts et de l’investissement dans l’innovation, le rapport présente l’opinion de 150 cadres du secteur de la fabrication au Canada. De ce nombre, la majorité (70 %) occupe un poste à la haute direction, et 79 % sont responsables de la stratégie d’approvisionnement ou de fabrication de leur entreprise ou y participent étroitement.

 

Le secteur de la fabrication est un volet essentiel de l’économie canadienne et un moteur économique important. En cette période de croissance économique soutenue, il n’est pas étonnant que les fabricants canadiens s’estiment bien engagés sur la voie du succès et de la croissance.


En effet, l’optimisme pousse les fabricants à l’action. Le troisième Sondage auprès des dirigeants du secteur manufacturier mené annuellement par KPMG révèle que les entreprises évoluant dans ce secteur sont confiantes dans leurs stratégies commerciales et cherchent à étendre leurs activités dans de nouveaux marchés pour réaliser les économies nécessaires le long de la chaîne de valeur.
Voici d’autres grandes conclusions tirées de l’étude :

 

  • L’innovation transformatrice est amorcée et est perçue comme la clé de l’amélioration de la productivité et de la croissance pour l’avenir.
  • Les fabricants canadiens tablent sur l’amélioration de l’efficience pour tirer encore davantage de leur chaîne de valeur.

 

Les fabricants canadiens multiplient les efforts d’approvisionnement au-delà des frontières nord-américaines, et il leur faudra donc investir dans la gestion des risques.

 

Retransmettre

 

Suivez-nous